Personnels vulnérables : changement de ton avec la nouvelle circulaire du 9 septembre

Une nouvelle circulaire DGAFP du 9 septembre est venue se substituer à compter du 27 septembre 2021 à celle du 10 novembre 2020. Une nouvelle FAQ mise en ligne aussi.

Si globalement la liste des vulnérables reste la même, cette circulaire fait désormais la distinction entre deux catégories : les agents vulnérables sévèrement immunodéprimés (cas décrits dans le 1.1) et les non sévèrement immunodéprimés (quasiment toutes les situations décrites dans l’article 20 de la loi n°2020-473 du 25 avril 2020), paragraphe 1.2.

Les choses peuvent être résumées ainsi : en gros, les agents relevant du 1.2 (presque tout le monde donc !) retournent sur leur poste de travail qui sera aménagé avec des mesures de protection renforcées (tout de même) ! En résumant, et en caricaturant légèrement, car cela existe déjà, installation d’une plaque de plexiglas devant le bureau.

 

Pour bénéficier d’une ASA, si le télétravail est impossible, le certificat délivré par le médecin doit attester que le poste de travail de l’agent est « susceptible d’exposition à de fortes densités virales ».

Mais l’employeur (le chef d’établissement probablement dans notre secteur) peut contester le certificat et c’est alors à la médecine du travail (la médecine de prévention pour les profs) de se prononcer, non pas sur le certificat, mais sur l’exposition à de fortes densités virales.

Il paraît hautement invraisemblable que la médecine de prévention décrète que les salles de classe sont « susceptibles d’exposition à de fortes densités virales »…

Les dispositions de cette circulaire marquent un changement radical dans la gestion des personnels vulnérables. Manifestement, le gouvernement veut renvoyer tous les agents sur leur poste de travail. 

Si vous rencontrez des difficultés, si vous souhaitez bénéficier d’une ASA,

contactez-nous.