2S2C : une véritable machine de guerre contre les disciplines

Profitant de l’état d’urgence sanitaire, le ministre Blanquer a mis en place les 2S2C (Sport-Santé-Culture-Civisme) à partir de mai. il a ensuite mis en place le dispositif « vacances apprenantes ». Ce sont des concentrés de mauvais coups rejetés par les personnels depuis des années. Pour les 2S2C, les enseignants les organisent avec les collectivités. Dans le prolongement des rythmes scolaires, ils instituent la confusion entre scolaire et périscolaire. Le ministère indique que : « Ces activités peuvent être assurées en priorité par des professeurs, en complément de service, avec des échanges de service ou en inter-degrés A (école /collège), et en heures supplémentaires. »
 
C’est donc le retour des Établissements Publics Locaux d’Enseignement des Savoirs Fondamentaux, du conseil école-collège et de la tentative de fusion des corps des professeurs des premier et second degrés. Tout cela avait été balayé par les manifestations massives des personnels au printemps 2019. Pour les mettre en place, les collègues découvrent à cette rentrée que les emplois du temps prévoient des cours le matin pour les disciplines principales et sports, arts et musique l’après-midi, pour les disciplines qui ne sont dès lors pas jugées principales. Quel avenir pour les enseignements optionnels pour lesquels les élèves proviennent de différentes classes ?
 
Lors des « vacances apprenantes », on a pu constater que les activités pédagogiques n’étaient pas toutes assurées par des professeurs mais par des animateurs pédagogiques. Ces activités avaient lieu le matin, et les après-midi étaient réservées aux activités sportives et culturelles. Cela ressemble beaucoup au dispositif 2S2C. Les 2S2C et les « vacances apprenantes » dissolvent l’enseignement et les connaissances dans des activités, à l’initiative des élus locaux en fonction des moyens.
 
C’est la remise en cause des missions des enseignants et de la transmission des savoirs disciplinaires. Cela permet aux associations et aux collectivités territoriales de remplacer progressivement les enseignants, fonctionnaires d’Etat qualifiés. C’est une attaque contre les disciplines et les statuts qui place l’école sous la coupe des collectivités territoriales et désengage l’État dans ses missions.
 
Le SNFOLC 35 exige pour la rentrée :
 
  • Le retrait du protocole 2S2C ;
  • Le respect des statuts et de la discipline de recrutement ;
  • Le maintien du forfait UNSS de 3h intégré au service des professeurs d’EPS, des moyens suffisants pour les installations sportives et les moyens matériels pour les professeurs d’EPS ;
  • Le maintien de toutes les heures d’enseignement en arts plastiques et éducation musicale.