Ecole inclusive et AESH : l’enfumage continu

Le 30 juin, le comité national de suivi de l’école inclusive s’est tenu, présidé par le ministre Blanquer et la secrétaire d’Etat au handicap, Sophie Cluzel. Aucune organisation syndicale n’a été invitée. Et pour cause, loin de répondre aux revendications, les annonces du ministre aboutiraient à l’aggravation des conditions de travail pour tous les personnels. Rappelons le bilan catastrophique de l’inclusion scolaire systématique qui n’est, ni plus ni moins, qu’un élément de langage visant à fermer des structures spécialisées dans un objectif de réduction des « coûts ». 1 500 enfants sont aujourd’hui obligés de migrer en Belgique pour trouver une place dans une structure spécialisée.

Les notifications MDPH : le SNFOLC 35 en demande le respect…

Les orientations scolaires et les prestations associées arrivant à échéance d’ici au 31 août (hors changement d’orientation), et pour lesquelles les MDPH n’ont pas pris de décision avant le 31 juillet, sont reconduites automatiquement et pour toute l’année scolaire. A cela s’ajoute la prorogation de 6 mois des droits arrivés à échéance pendant la crise sanitaire, entre le 12 mars et le 31 juillet 2020.

Pour le SNFOLC 35, c’est la reconnaissance, par le ministère de la nécessité d’une continuité dans l’accompagnement de l’enfant en situation de handicap.

Le SNFOLC 35 demande au ministère de donner des consignes aux académies pour que les souhaits des AESH soient respectés, dans leur volonté de suivre le même élève tout au long de sa scolarité.

…et l’abandon des PIAL

Le ministère prévoit que pour la rentrée 2021, tout le territoire sera organisé en Pial. Le Pial, regroupement d’établissements, est un outil RH d’optimisation et de mutualisation des personnels. Avec la mise en place des PIAL, les DSDEN proposent des avenants aux contrats des AESH qui ouvrent la possibilité d’intervenir dans le 1er comme dans le 2nd degré et dans un nombre croissant d’écoles et d’établissements.

Les AESH verraient leur charge de travail s’alourdir, leur temps de trajet s’allonger et seraient privés du remboursement de leurs frais de déplacement. Le SNFOLC 35 revendique que le contrat indique une résidence administrative.

Le SNFOLC 35 demande l’abandon des PIAL et intervient à tous les niveaux pour défendre les droits des personnels. Ne restez pas isolés, contactez-nous.

8 000 nouveaux postes d’AESH : des postes à temps complet dans le cadre d’un statut !

A la rentrée 2020, il y aurait 4 000 nouveaux ETP, portant ainsi à 8 000 le total des créations d’emplois d’accompagnants pour 2020.

Le SNFOLC 35 demande que tous les AESH qui le souhaitent voient leur contrat prolongé et qu’ils soient à temps complet, payés à 100%. Elle demande un vrai statut pour les 84.000 AESH dont l’effectif est un des plus importants du ministère de l’Education nationale.