Quelle mobilisation pour le mois de juin ?

La mobilisation contre le choc des savoirs se poursuit tant bien que mal en Ille-et-Vilaine.

Sommaire

Avec dernièrement :

– mercredi 5 juin : opération « collège vide » réussie au collège public de Vern-sur-Seiche à l’initiative de la FCPE 35 et des personnels mobilisés

– jeudi 6 juin : réunion publique et occupation nocturne du collège Pierre de Dreux à St-Aubin-du-Cormier (une action très suivie qui a réuni une soixantaine de personnes – bravo aux camarades !!!)

Pour avoir toutes les infos sur cette action : c’est ici!

– lundi 10 juin : AG des personnels programmée à 18h

– mercredi 12 juin : opération « collège vide » programmée au collège Pierre de Dreux (suite de l’occupation)

Mais ensuite ?

Actuellement les personnels se bagarrent établissement par établissement pour refuser les DGH, ou construire des DGH alternatives (dont nous n’avons aucune certitude qu’elles passent… Plusieurs collèges du 35 sont engagés dans cette bataille interne. Nous nous tenons informés.)

Les personnels refusent également de participer aux réunions internes aux établissements pour réfléchir et organiser la mise en place des groupes.

Et ils ont raison !

Mais… de fait… Les personnels se retrouvent seuls face à leur hiérarchie à se battre contre la mise en place de la réforme, pour un résultat inquiétant : l’autonomie accrue des collèges, avec, dans certains établissements, des groupes de niveau qui suivent à la lettre l’arrêté, ailleurs des groupes de niveau qui se transforment en classe de niveau par manque d’heures, encore ailleurs des groupes de niveau qui ne le sont pas (en mode « on avance masqué en faisant des groupes hétérogènes sans le dire aux IPR et rectorat »…)

Ceci n’est pas satisfaisant ! On ne peut pas laisser passer cette réforme ! Plus que jamais il faut donner des perspectives aux personnels pour leur permettre de construire un véritable rapport de force.

 

Les organisations syndicales nationales doivent se coordonner et appeler à un mouvement dur, construit dans la durée, jusqu’aux examens !

Ou alors annoncer dès à présent le boycott de la rentrée de septembre 2024 ?