Alerte ! Le virus circulera dans les établissements…les 17 et 18/12…

Stupéfaction hier (le 15/12/2020). Les personnels de l’Education nationale apprennent que le virus du Covid-19 a décidé de circuler dans les établissements scolaires de France (mais pas de Navarre) seulement le jeudi 17/12 et le vendredi 18/12. Dès lors, le ministère et le conseil scientifique parlent de « tolérance » : « Laisser une tolérance aux familles qui le peuvent et qui le souhaitent d’élargir de 2 jours la période des vacances scolaires afin que l’auto-confinement de 1 semaine soit également possible pour les enfants. Il est donc recommandé de ne pas pénaliser les absences scolaires des 17 et 18 décembre. » (Note d’éclairage du Conseil scientifique COVID-19, 12 décembre 2020).
 
Pour peu que la préoccupation pour la santé se conjugue avec les prix attractifs des trains avant la fin de semaine, et les établissements se retrouveront désertés d’ici vendredi. Mais pas par les personnels qui sont, eux, tenus d’être présents ! 
 
Après l’inégalité de fait générée par les protocoles sanitaires, et dans la continuité de la destruction du baccalauréat, un nouveau cap est franchi dans ce qu’il faut bien appeler une attaque en règle contre l’instruction et l’Education Nationale. Le ministre va même jusqu’à indiquer qu’il n’y aura pas de devoirs ou d’évaluations ! Il piétine par une décision unilatérale, du jour au lendemain, la liberté pédagogique des enseignants, leur organisation, leurs progressions.
 
Aucune consultation des organisations syndicales, pas de consultation du CHSCT ministériel, le ministre Blanquer se targue de « dialogue social » avec son « Grenelle » (déserté par la FSU et la CGT, et où la FNEC-FP-FO n’a jamais mis les pieds) mais il s’assoie sur les représentants du personnel et les instances officielles. Quand le mépris de la profession et des règles démocratiques devient un mode de fonctionnement, on comprend mieux l’acharnement du ministre à sanctionner les enseignants mobilisés contre ses réformes, comme à Melle et à Bordeaux.
 
Le conseil scientifique, Castex, Blanquer, considèrent donc que les établissements scolaires sont des lieux de contamination ! Les élèves peuvent s’auto-confiner pour ne pas être contaminés, mais pas les personnels à qui on soutient, depuis la rentrée, que leur santé n’est pas en danger grâce aux protocoles sanitaires.
 
Les protocoles du ministre ne protègent que lui-même, et encore pas de ses propres aberrations.
 
Le ministre ne nous protège pas.
 
Le gouvernement ne nous protège pas.
 
Des tests efficaces, des masques réellement protecteurs, des effectifs allégés, des personnels supplémentaires, des moyens pour l’hôpital… le gouvernement ne satisfait aucune des revendications.
 
Mais il rend l’école optionnelle.