Le gouvernement réprime les lycéens mobilisés

Le SNFOLC condamne avec la plus grande fermeté la répression dont des lycéens ont été victimes lors du blocus du lycée Colbert (10ème arrondissement) ce mardi 3 novembre.

A coup de bouclier, de matraque et de gaz lacrymogène, la police a cherché à empêcher les lycéens de se rassembler devant le lycée. Une fois encadrés par les forces de l’ordre, des dizaines de lycéens ont été verbalisés d’une amende 135 euros « pour rassemblement ». Comme des milliers de personnels de l’Education nationale, les lycéens se mobilisent aujourd’hui pour dénoncer l’absence de moyens pour faire face à la crise et revendiquer de meilleures conditions d’enseignement.

 

Une nouvelle fois, le gouvernement répond aux revendications par la matraque, au prétexte de maintenir l’ordre dans un contexte de reconfinement.

Cette répression contre la mobilisation légitime des lycéens doit cesser immédiatement.

Le SNFOLC appelle les personnels à organiser l’action commune, à s’adresser aux parents, aux lycéens, sur cette exigence.