PPCR : le règne de l’évaluation arbitraire

En raison de la situation administrative des intéressés ou de la pandémie, une part non négligeable des professeurs certifiés n’a pas pu être évaluée selon la procédure des rendez-vous de carrière : 26 par exemple dans l’académie de Rouen.

Ceux qui ont eu droit à un rendez-vous de carrière n’ont pas été mieux traités. Les TZR ou les nouveaux arrivants dans un établissement sont trop souvent sous-évalués au motif que leur hiérarchie ne les connait pas suffisamment. Des collègues ayant obtenu un « Excellent » lors de leur deuxième rendez-vous de carrière se voient ramener à « Satisfaisant » à l’issue du troisième, sans que leur manière de servir se soit dégradée.

Les agents constatent avec amertume que les observations qu’ils ont portées sur le compte rendu ont été ignorées par l’administration…

Pour lire la suite :