Nos retraites en danger !

L’objectif du projet Macron-Delevoye est limpide : liquider le système des retraites par répartition tel qu’il a été conquis au XXe siècle pour instaurer un système par points. De quoi s’agit-il ? Une fois n’est pas coutume, laissons la parole à François Fillon sur ce sujet :
 
Le système par points, en réalité, ça permet une chose qu’aucun homme politique que n’avoue : ça permet de baisser chaque année le montant des points, la valeur des points, et donc de diminuer le niveau des pensions.
 
Grand oral de François Fillon, candidat à «la primaire de la droite », devant les patrons le 10 mars 2016 (Public Sénat).

Carrière complète de 43 ans

 
Le gouvernement avance comme argument que la prise en compte des indemnités et primes dans le calcul par points compensera le lissage sur 43 ans. C’est faux ! Les fonctionnaires de l’Etat perdront selon les catégories de 22 % à presque 37 % de pension malgré une carrière complète de 43 ans.
 
La prise en compte du régime indemnitaire ne compensera nullement le lissage du calcul des pensions sur 43 ans en lieu et place d’un calcul sur l’indice détenu les 6 derniers mois. Il est vrai que plus le régime indemnitaire est conséquent plus la perte est moindre, mais dans des proportions vraiment négligeables.
 
Pour s’en convaincre, prenons le cas d’un professeur certifié célibataire et sans enfant avec : 
 
– Tous les trimestres cotisés (pas de décote). 
– Un régime indemnitaire : ISOE de 1.213,56 euros par an, une HSA par an soit une moyenne de 1.413,10 euros (30 ans CN et 13 ans HC), ISS REP de 1.734 euros, soit un total de 4.360,66 euros par an.
 
Ce professeur certifié en 43 ans de carrière sans interruption (30 ans en classe normale et 13 ans en hors classe) peut atteindre le 6ème échelon de la hors classe, soit l’indice majoré de 798.
 
Dans le système actuel, ce collègue peut prétendre à une pension de 2.804,58 euros bruts mensuels. Avec le système par points, sa pension sera de 1.929,48 euros bruts mensuels, soit une baisse de 31,2%.

Les carrières non complètes

Le gouvernement avance comme autre argument que les carrières hachées ou incomplètes seront mieux prises en compte. En effet les collègues qui subissent de la décote dans le régime du code des pensions ont moins de perte. Mais encore une fois, comme on part de tellement bas, la perte reste importante. 
 
Ainsi, comme on l’a vu, un certifié avec une carrière complète de 43 ans subirait une perte de 875,10 euros mensuels, soit une perte de 31,20 %. Dans une situation de fin carrière similaire, un certifié à qui il manquerait 10 trimestres, perdrait quand même 433,20 euros mensuels, soit 18,74 %.
 
Prenons le cas d’un professeur certifié célibataire avec un enfant avec :
 
– Tous les trimestres qui ne sont pas cotisés : il manque 10 trimestres (162 au lieu de 172 en intégrant les 4 trimestres de bonifications pour enfant), et il y a donc une décote de 12,5%. 
 
– Un régime indemnitaire : ISOE de 1.213,56 euros par an, une HSA par an soit une moyenne de 1.407,20 euros (30 ans CN et 10 ans et 6 mois HC), ISS REP de 1.734 euros, soit un total de 4.354,76 euros par an.
 
Ce professeur certifié en 40 ans et 6 mois de carrière sans interruption (30 ans en classe normale et 10 ans 6 mois en hors classe) peut atteindre le 6ème échelon de la hors-classe, soit l’indice majoré de 798.
 
Dans le système actuel, ce collègue peut prétendre à une pension de 2.311,35 euros bruts mensuels. Avec le système par points, sa pension sera de 1.878,15 euros bruts mensuels, soit une baisse de 18,74%.
 

L a confédération Force Ouvrière, opposée à la future contre-réforme des retraites qui veut transformer les quarante-deux régimes existants en un système universel par points, entend le faire savoir.

Elle lance une campagne d’information et de mobilisation sur les retraites, avec à la rentrée un rassemblement d’ampleur nationale à Paris, le samedi 21 septembre.